Mail ouvert au CSE : Double contribution

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Amis donneurs, amies donneuses, bonjour !

Nous vous prions tout d’abord de lire en lien suivant notre contribution publique au GT 2 : http://www.homodonneur.org/documents/textes-divers/428-deuxieme-contribution-au-gt-du-questionnaire-pre-don-du-11-octobre-2021 qui appelle vos retours argumentés.

Vous trouverez ensuite en PDF (en PJ) la contribution que le Juge des référés a produite concernant les actions militantes du Collectif HOMODONNEUR ; elles sont reconnues comme non dommageables pour le service public de transfusion sanguine, non illicites, non violentes et qui plus est : parodiques à bon escient.

L’autorité de la chose jugée s’appliquant à tous, les remarques déplacées des uns et des autres concernant notre prétendu irrespect sont désormais nulles et non avenues.

Quant aux théoriciens politiques à deux balles qui nous donnent de pathétiques leçons de démocratie, juste avant de se retirer pour éviter d’entendre notre droit de réponse, nous voulions publiquement exiger d’eux d’assumer désormais leur positions en effectuant des contributions publiques, en lieu et place de leur lobbying sournois en coulisses.

Nous attendons ainsi les contributions de l’AFH au travers des écrits de Thomas Sannié et/ou Fabrice Pilorgé, tous deux responsables officiels de l’association sus nommée.

En vous envoyant à nouveau notre projet EVARIN I, nous exigeons également de Josiane Pillonel qu’elle réponde par écrit à ce projet, notamment les parties II et III qui ne sont rien d’autres qu’une alternative à sa méthodologie à côté de la plaque selon nous : aucune contamination VIH observée en transfusion sanguine depuis 2005 (ANSM) alors que l’on aurait dû observer 1 contamination tous les deux ans environ par transfusion de sang « hétérosexuel selon ses estimations délirantes

Nous publierons ses réponses et le dialogue écrit qui s’en suivra, qu’elle doit fournir, en tant qu’experte en santé publique, à l’association d’usagers que nous représentons.

Son silence à notre légitime requête engendrerait immédiatement le déclenchement de notre opération « Gerboise », expression d’une dissuasion militante dont l’ultra non-violence devrait fortement lui déplaire.

Enfin, le Collectif HOMODONNEUR souhaite effectuer lors du prochain Comité de Suivi Epidémiologique (CSE) une prise de parole préalable, comme ceci a été accordé à au moins trois reprises à l’AFH et une fois à l’association IRIS ; nous considérons ce souhait comme un droit qui ne saurait nous être refusé.

Il serait bon aussi que toute demande de parole en visioconférence s’effectue via le « Chat », afin que chacun des participants puisse savoir quand il aura son tour de parole, en lieu et place du système de la « main levée ».

Amis donneurs, amies donneuses, nous vous souhaitons une bonne réception et intégration des présentes informations.

Cordialement,
Frédéric Pecharman

Deuxième contribution au GT du questionnaire pré-don du 11 octobre 2021

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Le Collectif HOMODONNEUR rend public ses positions relatives aux trois sujets qui suivent, et les complète ensuite par d’autres points importants soulevés à l’occasion de la réunion citée en objet.

Cette contribution fait suite à celle issue du premier groupe de travail réuni le 24/09/2021 :

http://www.homodonneur.org/documents/textes-divers/426-contribution-publique-du-collectif-homodonneur-gt-questionnaire

  • « Sexe anal »

Le fait de vouloir poser la question du « Sexe anal » à chaque donneur est non seulement stigmatisant, insultant et intrusif ; mais aussi une mesure profondément inutile qui, bien qu’elle prétende s’adresser à tous les donneurs, cible sans l’affirmer les donneurs HSH.

En effet, dans le cadre d’un changement de partenaire, tout donneur de sang est « astreint » à observer 4 mois de monogamie dans le but, parfaitement justifié, de prélever la sang au-delà des fenêtres sérologiques des différents agents pathogènes.

Rappelons à cet effet que la fenêtre sérologique du VIH est de 9 jours, celle du HTLV de 51 jours ; par conséquent les 4 mois requis représentent environ une durée deux fois supérieure à celle de la fenêtre sérologique du HTLV, ce qui est largement suffisant pour détecter une éventuelle contamination du donneur.

Et donc de jeter sa poche le cas échéant afin de ne contaminer aucun receveur.

Il n’y a pas lieu de poser la question des actes sexuels pratiqués par les donneurs, mais plutôt d’envisager la pire hypothèse : à savoir que chaque donneur qui entre dans une nouvelle relation se contamine, et d’attendre 4 mois après le début de la relation avant de le prélever, et vérifier ainsi ses différentes sérologies.

Il en est de même pour toute « aventure » d’une nuit : 4 mois seront suffisants pour établir si oui ou non le donneur est contaminé.

Le Collectif HOMODONNEUR s’insurge ainsi contre l’approche dogmatique, sécuritaire et pusillanime de l’AFH qui s’arcboute sur une condition inacceptable qui nous serait infligée afin de maintenir notre exclusion déguisée sous une autre forme.

La monogamie de 4 mois est le geste barrière qui prévient de la transmission des IST par voie sanguine aussi sûr qu’un isolement en cas de dépistage positif au Covid 19 brise la chaine de contamination.

Tous les chiffres réels relatifs aux HSH que l’AFH et AIDES nous jettent au visage tant en réunion que sur les réseaux sociaux  ou à l’occasion de leur interview ou au travers d’élu qui relaie leur propagande nauséabonde ne sauraient contredire cette vérité précédemment établie : la monogamie de 4 mois est le geste barrière efficace à l’endroit de la prévention de la transmission du VIH par voie sanguine.

Chaque année, près de 3 000 hétérosexuels se contaminent au VIH.

Aucun donneur de sang hétérosexuel n’a contaminé de receveur depuis 2003, selon l’ANSM.

Le Collectif HOMODONNEUR entend bien que cette question politique soit tranchée et assumée par la personne responsable, et uniquement elle, c’est-à-dire Monsieur Olivier Véran, l’actuel ministre de la Santé.

Car seul un ministre peut défaire ce qu’un ministre a précédemment effectué, seul Olivier Véran doit décider par quoi il compte remplacer l’abstinence sexuelle de 4 mois : par la monogamie de 4 mois ? Ou par l’absence de sexe anal pendant 4 mois ?

Qu’il décide, prenne son arrêté ministériel et assume !

Pour ce critère, comme pour tous les autres évoqués ci-après, ce n’est pas à un Comité de Suivi qu’il appartient de rédiger la règlementation d’une nation, car il n’en possède pas la légitimité.

  • PREP/PEP/CHEMSEX

L’Etat français présente cette particularité enviée mondialement lorsqu’il s’attache à vouloir simplifier un document, une procédure, un questionnaire – un problème ! – c’est d’accoucher d’un résultat d’une complexité constellée de sous-questions, de dérogations et d’astérisques…

En ce qui concerne la prise de traitement préventif contre le VIH à base d’antiviraux dans le cadre d’une administration continue en cas de multi-partenariat (PREP) ou après tout rapport non protégés à risque (PEP), l’Etat français au travers de ses agences sanitaires fait preuve d’une imagination débordante.

Alors que figure dans le questionnaire actuel les questions relatives à la prise de médicaments et de multi-partenariat sont respectivement abordés au travers des questions 2C et 41A, il faudrait subitement poser les questions concernant la prise d’antiviraux (multi-partenariat ou rapport à risque à risque) et la pratique de CHEMSEX (prise de substances psychoactives lors de marathons sexuels à plusieurs dans 83% des cas).

Rappelons à toutes fins utiles qu’un questionnaire pré-don (QPD) a pour but d’éclairer l’Entretien Pré-Don (EPD) réalisé par un professionnel de santé qui, en fonction des réponses fournies à l’écrit, va affiner, en face à face, sans jugement et avec pertinence, l’éligibilité du candidat au don de sang, plasma ou plaquettes.

Vouloir remplacer le QPD par un quasi-algorithme, si tant est que ce serait une velléité assumée par les autorités sanitaires, devrait passer dès lors par un QPD exhaustif listant dès lors l’ensemble des médicaments problématiques en transfusion sanguine.

A quand un QPD aussi épais que le traité européen de Lisbonne ?

Le Collectif HOMODONNEUR juge par conséquent totalement infondée cette requête en exhaustivité et en redondance ; qui plus est, plus un questionnaire est long, plus le risque d’erreur est élevé : laissons à l’EPD son rôle primordial d’évaluation des risques réels et individuels.

L’humain doit rester au cœur de l’activité transfusionnelle : faisons confiance au donneur qui est généreux par nature, responsable dans ses actes ; faisons confiance au personnel de sélection des donneurs, performant par sa formation, passionné par son métier.

  • TASP

Ayant écouté avec attention les arguments soulevant les problèmes techniques relatifs à la réintégration des donneurs dont le partenaire présente une charge virale indétectable, représentés par la difficulté d’établir et la preuve récente de l’indétectabilité de la charge virale et la garantie de l’absence de variation de cette charge, nous souhaitions toutefois faire prévaloir la contradiction qui suit.

Nous avons désormais un recul suffisamment long pour établir si le TASP, c’est-à-dire le traitement du partenaire séropositif comme prévention de la transmission du VIH au partenaire séronégatif, est efficace pour ce faire.

Il serait opportun qu’à la prochaine réunion les données soient versées à la connaissance de tous, même si c’est au ministre de la Santé de trancher in fine toute question relative à la modification des critères de sélection des donneurs.

Autres points

  • Au niveau du déroulé des réunions en visioconférence réalisées via Teams, le problème des micros qui se coupent est trop récurrent pour de nombreux intervenants. C’est un problème technique que la DGS doit être en mesure d’éviter lors de la prochaine réunion.
  • Rappel : Le Collectif HOMODONNEUR n’est pas une association LGBT, mais une association de donneurs homosexuels et bisexuels. Sur un autre sujet, rappelons également que nos attaques des responsables divers et variés sur les réseaux sociaux, aux travers de la diffusion de nos vidéos et documents notamment, sont strictement nominatives, en aucun cas nous n’attaquons des personnes.
  • Que va devenir l’évaluation du risque résiduel après notre réintégration promise ? Si nous gardons la méthodologie élaborée par Josiane Pillonel, nul doute que notre exclusion est déjà programmée.
  • Enfin, dans son projet d’arrêté ministériel et de QPD envoyé début juillet 2021, la DGS faisait mention uniquement d’un arrêté éliminant définitivement toute notion relative aux HSH, et le projet de QPD traduisait en conséquence la décision politique promise pour 2022.

    En aucun cas il n’était question premièrement d’un transfert de la légitimité du ministre de la Santé à l’endroit de notre Comité de Suivi Epidémiologique pour  modifier les critères de sélection.

    Deuxièmement, lorsque les études de SPF nous étaient « défavorables » l’AFH et AIDES déclaraient que notre exclusion relevait de la « Science », dès lors que SPF nous a laissé entrevoir au cours de cette année que les chiffres étaient favorables pour notre réintégration, les chiffres présentés sont devenus subitement critiquables aux yeux des « Scientistes » qui ont demandé – et obtenu ! – une saisine du HCSP pour vérifier si cette réintégration pouvait avoir lieu…

    Terminons en rappelant que la gestion du risque relève de la décision politique, en aucun cas la Science – éclairante pour tous, mais elle-même traversée du nécessaire débat et, qui plus est, non infaillible – n’a à établir de projets de Société. Ce n’est pas son rôle, pas plus que cela ne relève de sa légitimité ni de son champ de compétence.

Mise en demeure publique Françoise Toujas

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

Collectif HOMODONNEUR

26 Grand’Rue d’ardus

82130 Lamothe Capdeville

 

                                                                       Françoise Toujas

                                                                       Président de l’EFS

                                                                       20 av Stade de France
                                                                       93200 Saint Denis

 

                                                                       Toulouse,

                                                                       le 08 octobre 2021

 

« On ne naît pas femme, on le devient ». Simone de Beauvoir

 

Objet : Mise en demeure publique

PJ : Votre diplôme de donneur exclu

 

Madame le président de l’EFS,

A l’occasion des groupes de travail d’élaboration du Questionnaire Pré-Don initiés le 24 septembre dernier, la DGS a proposé de demander à tout donneur HSH s’il avait pratiqué le « sexe anal » dans le cas où il aurait eu un nouveau partenaire depuis les 4 derniers mois.

Par la présente lettre ouverte, nous vous mettons en demeure de demander officiellement au nom de l’EFS le retrait définitif de cette inacceptable intrusion dans la vie intime des donneurs.

Si nous ne jugeons pas utile d’argumenter contre la futilité d’une telle proposition ministérielle, en revanche, en tant que président de l’EFS vous vous devez de respecter tout d’abord les personnes qui viennent généreusement et bénévolement vous fournir en produits sanguins, ensuite votre personnel qui ne pourra qu’être mal à l’aise de poser une telle question.

Par ailleurs, vu la présomption de séropositivité qui nous frappe et nous impose 4 mois sans relations sexuelles pour donner notre sang, nous avons eu à votre égard une présomption de féminité, comme l’attestent aussi bien ces deux liens vidéo que le diplôme en pièce jointe.

https://www.youtube.com/watch?v=KvXw6yem9DE

https://www.youtube.com/watch?v=5gPVbn_3u3I

Dans un avenir proche, nous ne voudrions vraiment pas être dans l’obligation de vous demander publiquement les détails croustillants qu’une vie intense avec votre homme vous procure sans nul doute.

Dans l’espoir d’une convergence de pensées, nous vous prions d’agréer, Françoise Toujas, l’expression de nos salutations distinguées.

 

                                                                       Pour le Collectif HOMODONNEUR,

                                                                       Frédéric Pecharman

Contribution publique du Collectif HOMODONNEUR - GT Questionnaire

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

La réunion du groupe de travail qui s’est réuni le vendredi 24 septembre à 10h30 en visioconférence est confidentielle, en revanche nous effectuons notre retour de façon publique afin que chacun des acteurs se sentant concernés (donneurs et receveurs, citoyens, militants, élus et media) puissent connaitre nos mises en gardes, préconisations, approbations et exigences quant à l’évolution du questionnaire et de l’entretien pré-don.

Nous rappelons notre  communiqué de presse pour les personnes qui n’auraient pas saisi les dernières manœuvres des uns et des autres.

Nous rappelons notre attachement non négociable à notre réintégration aux mêmes conditions que les autres donneurs, c’est-à-dire par l’inclusion des donneurs HSH qui n’ont eu pas plus d’un partenaire lui-même mono-partenaire durant les 4 derniers mois et par l’exclusion de tout donneur HSH qui serait engagé dans des relations sexuelles avec plus d’un partenaire durant les 4 derniers mois, même lors de rapports protégés physiquement ou chimiquement.

  • « Sexe anal » :

Le Collectif HOMODONNEUR exige immédiatement le retrait de toute question relative au sexe anal pour tout donneur HSH ce qui revient, ni plus ni moins, à maintenir une forme d’abstinence sexuelle déguisée.

Notre revendication, partagée par d’autres associations, d’évaluer les risques relatifs aux pratiques sexuelles en lieu et place de ceux liés à l’appartenance à une population consiste à évaluer les risques en  termes comportementaux (abstinence, mono partenariat, multi partenariat , prise de substances psychoactives, etc.) au cours de l’entretien pré-don, et non dans l’intrusion de la vie intime des donneurs !

Par principe, la monogamie est le geste barrière à l’endroit de la transmission des IST par voie transfusionnelle ; en aucun cas ne doivent être demandés aux candidats au don la fréquence de leurs ébats, la date, l’heure ou le lieu de leur dernière étreinte encore moins les parties de leurs corps mises en jeu lors de leurs échanges charnels.

Non seulement l’illégitime demande relative à la sodomie aura comme réponse, dans la majorité des cas, la dissimulation de la vérité ; qui plus est, en se focalisant sur le seul « sexe anal », on s’interdirait la prévention des autres IST par relations bucco-génitales…

Par ce fait, on accuse les autorités sanitaires de tout faire pour augmenter le nombre de cas de syphilis, de gonorrhée dans le but inavouable de démontrer, quelques mois après notre réintégration, l’augmentation du risque avec les donneurs ainsi réintégrés.

  • Saisine HCSP :

Le Collectif HOMODONNEUR demande que le HCSP étudie les pays prélevant le sang des donneurs HSH depuis de nombreuses années (Italie, Espagne, Portugal, …) ; par ailleurs nous dénonçons cette saisine qui n’est qu’un déni supplémentaire de démocratie sanitaire.

En effet, AIDES, l’AFH et SPF seront consultés, puisque membres de ce comité ; les représentants des donneurs HSH que nous sommes en seront exclus : nous ne pourrons pas défendre nos arguments et les personnes représentées.

  • Pertinence d’une enquête :

Le Collectif HOMODONNEUR effectue la remarque que l’enquête d’acceptabilité des donneurs du questionnaire à venir n’a aucune utilité, dans la mesure où un questionnaire de 45 questions bien accepté, bien compris par toutes et tous, le sera d’autant plus que la suppression de deux questions complétement stupides de nos jours (exclusion des HSH et des femmes ayant eu des rapports avec HSH) ne soulèvera plus la désapprobation des personnes concernées…

  • Charte du donneur :

Le Collectif HOMODONNEUR rappelle que la charte du donneur a été approuvée par le Pr Salomon, ce dernier refuse de donner suite à notre demande, à savoir un débat collectif pour son amélioration éventuelle et son usage à venir en vue de garantir le plus haut niveau de responsabilisation des donneurs.

  • Renseignement du questionnaire pré-don lors de la prise de RDV :

Le Collectif HOMODONNEUR met en garde contre le projet de faire remplir plusieurs jours en amont du don le questionnaire pré-don : le risque majeur est de voir la situation du donneur évoluer entre temps et qu’une information importante ne soit pas portée à la connaissance du personnel effectuant la sélection.

Le questionnaire doit se remplir uniquement avant l’entretien pour être au plus près de la réalité médicale du candidat au don.

  • Embauche de nouveau personnel EFS :

Le Collectif HOMODONNEUR rappelle que l’entretien médical tel qu’il est pratiqué ne sera pas perturbé avec le projet de suppression dans le questionnaire médical des questions 43 et 44 ; il n’y a pas lieu de donner suite aux inquiétudes de certains, et de rassurer tout le monde ; le personnel effectuant la sélection des donneurs gèrera avec professionnalisme notre réintégration aux mêmes conditions que les autres donneurs.

  • Multi partenariat entre femmes (FSF) :

Le Collectif HOMODONNEUR est entièrement d’accord avec l’alignement des critères des FSF sur ceux des autres donneurs, 4 mois sans avoir eu plus d’un partenaire sexuel.

Bien que la probabilité de transmission du VIH entre femmes soit quasi nulle, la transmission des IST via des FSF multi partenaires est possible : c’est la raison pour laquelle il faut rétablir la monogamie qui avait été supprimée lors de la dernière révision des critères de sélection des donneurs en 2019.

Qui plus est, cela évitera des incompréhensions de la part des autres donneurs, qui pourraient être tentés de s’abstenir du mono partenariat s’ils devaient s’estimer « sans risque », et à tort…

  • Chemsex et substances psychoactives :

Le Collectif HOMODONNEUR avait arrêté sa position sur les substances psychoactives à l’occasion d’une motion, nous la complétons ici même vis-à-vis des personnes ayant recours au Chemsex, c’est-à-dire à la prise de substances psychoactives pour avoir des relations sexuelles.

Comme le Chemsex s’effectue dans le cadre de soirée ou de week-end à plusieurs (d’après les témoignages concordants des diverses associations côtoyant ce public) le multi-partenariat entraine de fait une exclusion.

Il n’y a pas donc lieu d’insérer cette question dans le questionnaire pré-don : le candidat sera exclu pour les deux raisons suivantes, prises de substances psychoactives et multi-partenariat.

Le Collectif HOMODONNEUR préconise donc de ne plus évoquer cette question à l’occasion des prochaines réunions du présent groupe de travail.

  • Prep :

La prise de traitements prophylactique pour la prévention du VIH s’effectuant dans le cadre de relations multi-partenariales, de fait les « Prepeurs »  sont exclus du don, vis-à-vis du risque de transmission des autres IST que le VIH.

Par ailleurs, il nous a été notifié par l’ANSM que la Prep entrainait des problèmes dans la QBD (Qualification Biologique du Don) en cas de contamination par le VIH.

Enfin, dans le cadre du questionnaire pré-don, la question de la prise de tout traitement est abordée : il n’y a pas lieu de complexifier le questionnaire en le rendant redondant.

Par voie de conséquence, le Collectif HOMODONNEUR préconise le maintien de l’exclusion des « Prepeurs »  , et l’absence de question spécifique à ce sujet.

  • Donneur dont partenaire séropositif avec charge virale nulle :

Le Collectif HOMODONNEUR préconise la réintégration de tels donneurs, dans la mesure ou le TASP (traitement comme prévention) empêche la contamination du partenaire.

En revanche, la monogamie doit être exigée au sein du couple comme celui de chaque donneur, en vue de prévenir la transmission des autres IST.

  • 12 mois d’exclusion après syphilis :

Le Collectif HOMODONNEUR interroge les autorités sanitaires sur les 12 mois requis après la guérison d’une syphilis, c’est-à-dire pourquoi attendre un an, alors que les marqueurs biologiques ont disparu ?

Eloges à Salomon, à Pillonel et aux êtres sournois

Écrit par HOMODONNEUR le . Publié dans Textes divers

MAIL OUVERT

 

Mise en garde :

La lecture de ce qui suit n’est juste que du sarcasme sans intérêt, si ce n’est que de garder intacte notre capacité à agir, et de rendre compte aux personnes qui souhaitent comprendre ce qu’il se passe lors des « négociations » ministérielles qui n’en sont pas, vu les manœuvres et ficelles utilisées.

 

Monsieur le Pr Jerome Salomon,

Lors de votre animation de la réunion du Comité de Suivi Epidémiologique le 8 septembre dernier, nous avons eu l’occasion de vous féliciter très sincèrement sur les projets d’arrêté ministériel et de questionnaire pré-don, car ces deux documents transcrivent tout simplement la traduction politique en termes juridiques et pratiques notre réintégration.

Il est juste dommage que ces documents ne restent que des projets, et que l’espoir légitime d’y travailler ne s’est avéré qu’une illusion sans fondement ; pardon, nous mentons : ce n’est que partie remise, seuls des membres du Collectif HOMODONNEUR dont la mauvaise foi n’est plus à démontrer peuvent en douter.

Vous êtes également doté d’une capacité hors du commun pour avoir englué cette rencontre dans un marais démocratique en faisant en sorte, excusez-nous du peu, de fixer un ordre du jour flou, sans objectifs clairs et c’est là que votre génie prend son envol, en laissant espérer à tous une décision ministérielle pour la mi-janvier, sans nous indiquer davantage de détails.

L’espoir fait vivre, vous avez raison.

Quant au temps de parole laissé aux intervenants institutionnels afin de priver de débat, de temps de parole et d’échange suffisant aux intervenants associatifs est une ficelle trop grosse, trop utilisée : dites à votre successeur d’innover, ça nous divertira un peu à l’avenir.

Toutes nos félicitations également pour ce simulacre de démocratie sanitaire, dont vous vous êtes abondamment gargarisé, et de pseudo respect à l’endroit des participants associatifs : chacun des intervenants s’est vu qualifié par vos augustes paroles en termes dithyrambiques, laissant à chacun la rêverie d’être une personne dont les interventions étaient fondamentales, intéressantes, etc… (SIC)

Nous avons toutes et tous ruisselé de bonheur à votre écoute.

Vous allez vraiment nous manquer.

 

Madame Josiane Pillonel,

Vous remportez haut la main la palme d’or du mépris, et reléguez l’ensemble des autres intervenants – y compris les êtres sournois qui ne méritent vraiment que d’être traités en dernier – au rang de petits joueurs sans culture, sans talents et sans audace.

Ayant eu l’occasion de vous interpeller au cours du Comité de Suivi Epidémiologique, nous avons pris acte que vous ne lisez pas nos contributions, alors que l’essence même d’une instance de démocratie sanitaire, c’est la contradiction argumentée.

Vous vous êtes même étonnée, dans votre supériorité intellectuelle, que vous soyez interpellée sur la lecture des documents envoyés par des associations ; depuis quand, en effet, la blanche colombe est-elle censée répondre à la bave des crapauds ?

Quant au partage des données, c’est fabuleux de ne pas recevoir vos présentations en amont : ça nous oblige à nous émerveiller devant votre parfaite maîtrise du sujet et de notre ignorance et de notre incapacité à comprendre ces choses réservées aux seuls initiés.

Le Pr Salomon s’est même senti obligé de justifier l’absence d’envoi en amont en recourant au prétexte pandémique.

Excusez-nous d’ignorer le fait, qu’en plus de votre mission de suivi épidémiologique des donneurs de sang français, vous étiez également experte des coronavirus et naturellement consultée pour l’ensemble des problèmes sanitaires de la planète. Nos respects !

Pire que tout, en dépit de tous les écrits qu’ont pu produire Bachelard, Popper, Feyerabend et autres insignifiants épistémologistes, nous avons osé exprimé un doute sur votre méthodologie, et proposé une méthodologie alternative pour évaluer, correctement selon ce terme qui n’engage que nous, le risque réel de la réintégration des HSH.

Aussi sûr que la République possède sa Marianne, la Vérité aura sa Josiane.

Soyez patiente, votre heure de gloire adviendra.

 

Mesdames et Messieurs les êtres sournois,

Que l’on rencontre en grande concentration au sein de l’AFH et d’AIDES, s’il fallait vous reconnaitre des qualités, ce serait dans le domaine où règne la mauvaise foi et l’incohérence qu’il faudrait chercher sans trop d’efforts.

En effet, alors que pendant des années de négociations vous nous avez répété en réunions et par media interposés que s’il devait y avoir réintégration des HSH, ce ne serait que si les études scientifiques prouvaient l’innocuité d’une telle mesure ; au moment où SPF publie une étude le prouvant, subitement vous émettez des doutes (comme nous) mais pas pour les mêmes raisons que nous : pour déclarer qu’elles sont insuffisantes.

En gros, les études sont fiables si elles vous donnent raison.

Ensuite, quand il s’est agi de nous mettre la ceinture de chasteté  pour un an, puis pour 4 mois, vous avez reconnus au ministre la légitimité de prendre la décision, et vous vous êtes offusqué des velléités de ces parlementaires qui, au nom du Peuple français, se sont mêlés d’un sujet qu’ils ne maîtrisaient pas, selon vos termes.

Maintenant qu’il est question de tourner la clef dans l’autre sens, subitement ce serait aux hémophiles séropositifs de l’AFH et aux SIDACRATES d’AIDES d’en décider, et non plus au ministre (qui laisse faire), en paralysant le fonctionnement du CSE.

En effet, vous qui n’avez envoyé aucune contribution entre le 11 mars et le 8 septembre, du moins à tous, force est de constater que votre sournois lobbying a porté ses fruits : le Pr Salomon a répondu favorablement à votre requête de saisine du Haut Conseil de la Santé Publique pour pouvoir enfin nous éclairer sur le risque encouru à réintégrer des donneurs invertis.

Grâce à ce fabuleux stratagème, honte à nous, que nous n’avons pas su voir et de fait, que nous n’avons pu empêcher nous voici, entre autres, chaperonné par un comité dont nous ne remettons pas en cause l’utilité, mais dont la saisine n’a pour but que de remettre en question la réintégration promise, dans tous les cas qui a déjà permis son retardement.

Qui veut réellement donner son sang doit intégrer la chose suivante : la neutralisation politique des êtres sournois que vous êtes en est le préalable nécessaire.